Un système audio de qualité est un système permettant de reproduire dans la zone d’écoute, une plage fréquentielle sonore la plus large possible.

Les zones de 1 000hz sont faciles à reproduire, les hypers fréquences (les aiguës, au delà de 8 000hz) et les infras (basses sous les 70hz) sont plus exigeantes.

Les fréquences sont des trains d’ondes sonores émises par les transducteurs (haut parleurs) qui arrivent aux tympans de l’auditeur, des règles sont à respecter pour que tout ce passe correctement.

Cette vidéo de l’émission TV « c’est pas sorcier » explique bien les données du problème, merci à eux !

Comme vous venez de le voir, les points importants sont dans ce sujet.

La sonorisation professionnelle de grande qualité en concert plein air est une des références sonore vers laquelle nous tentons de nous rapprocher dans nos systèmes domestiques.

Quelques installations de passionnés allient d’excellents critères qualitatifs (dynamique, bande passante de 20 à 20 000hz, distorsion faible, délais et mise en phase) liés à une puissance sonore de 100 Db constant équivalent à un « niveau concert », permettant de se rapprocher d’un son live.

La différence entre ces grosses installations et les plus petites ne doit varier que sur l’objectif de pression acoustique (décibels appelé db, ou encore Sound pressure Level SPL), les critères qualitatifs ne pouvant être réduits, comme l’est trop souvent par exemple, la bande passante.

La règle de base consiste à respecter l’ensemble de la chaîne qualitative de la source jusqu’à l’amortissement de la pièce.

Les défauts récurrents des installations du commerces sont souvent les mêmes :

  • Manque d’infragrave car le rendement des systèmes conventionnels est très faibles sous les 80hz, sans même parler du 40hz…
  • Courbe de réponse mal gérée
  • Distorsion des lors que l’on monte le niveau SPL (bobine hors champs, puissance à saturation de l’amplificateur, dissipé dans la bobine du haut parleur de grave)
  • Problème général de mise en phase, cassant la stéréophonie et l’image globale du son

Augmenter la puissance générale de l’amplificateur est solution onéreuse si l’on veut garder de la qualité, car pour reproduire des basses profondes avec du SPL, il faut de la puissance, souvent plus de 500 watts AES sous 4 ohms car les rendements des HP sont très faibles à basses fréquences, il faut donc leurs donner du courant…

Pour remédier à ces problèmes, il faut rajouter un amplificateur pour le grave et idéalement rajouter un HP de grave de puissance, capable de reproduire les infrabass profonde grâce à un long débattement (grand Xmax).

L’amplificateur pour le médium et l’aigu sera peu sollicité et conservera un niveau de distorsion faible, il pourra etre d’une classe qualitative supérieure, class A ou AB, alors que l’amplificateur pour le grave peut-être moins qualitatif… le gain sera très net par rapport à un système mono amplifié.

 

Les améliorations sur un système audio doivent être validable par le mode de comparatif en aveugle. Il s’agit de comparer 2 configurations, sans pouvoir identifier visuellement quelle est la configuration en écoute. La différence doit être audible pour que la nouvelle configuration soit considérée comme une amélioration.

Proposition pour la suite de la visite sur HiFi-STéréo :

Systèmes « TYPE » / Vidéos pour comprendre

 

 

One Thought on “HIFI REGLES

  1. Pingback: AMPLIS | HiFi-STereo.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation