DEFINIR LA ZONE D’ECOUTE DES ENCEINTES EN HIFI, LA DISTANCE CRITIQUE : 

La distance de la zone d’écoute en rapport avec la source, appellée la « distance critique ». Elle doit offrir un taux de 50% de champs réverbéré / 50% de champs direct.

Le champ direct, c’est le son émis des enceintes, il augmente au fur et à mesure que l’on se rapproche d’elles, et réciproquement…

Les salon et autres pièces non traitées ne proposent généralement pas une acoustique très favorable à l’écoute musicale.

Si le Temps de Réverbération (le TR ou RT 60) est élevé, mieux vaut se rapprocher des enceintes, car en s’éloignant, le réverbéré (les trains d’ondes qui reviennent des murs) monte vite.

Réduire un peu la quantité de champs réverbéré en s’approchant des enceintes, améliore le taux de champs direct par « masquage ».

S’avancer vers la source sonore pour trouver le point d’équilibre de la « distance critique » pose néanmoins un problème, celui de la fusion des voies (en cas de filtrages de plusieurs Hauts Parleurs) qui n’ont pas la distance pour s’effectuer.

Une calculette mise au point par l’acousticien Jean Pierre Lafont, permet de calculer la distance d’écoute de l’audieur par rapport aux enceintes en définissant la distance critique : http://www.akustar.com/dossiers/494_distcrit.htm

Pour utiliser cette calculette, choisissez une valeur entre 0,6 si la pièce à un écho faible lorsque vous tapez dans vos mains. Saisissez 0,9 si elle à un écho fort.

On peut donc dire que, par ordre d’importance est la directivité des fréquences des enceintes est importantes car les fréquences aigus sont unidirectionnelles, les fréquences graves sont omnidirectionnelles.

Le choix d’un système directif ou pas est le critère qui dépends donc du Temps de Réverbération et de la distance possible d’écoute qui dépends de la qualité acoustique de la pièce.

 

 

Pour aller plus loin sur ce sujet

Sujet 1

sur la fenetre d’écoute (cumul des moyenne des réponses hors axe dans la fenetre d’écoute « listening window »)

La listening windows correspond a un angle d’ouverture considéré comme suffisant pour balayer une zone d’écoute stéréo, soit 60° sur la largeur et 10° en hauteur.
La courbe listening windows correspond à la moyenne des réponses dans cette fenêtre, d’où le nom !

Cela veut dire qu’avec des enceintes dirigées vers la zone d’écoute, toute position entre les enceintes permettra de conserver un timbre identique.

Sujet 2

Le centre en stéréo, ce qui au mixage est à 50% sur l’enceinte droite, 50% sur l’enceinte gauche, donc MONO, seule la position unique est possible, sans rapport avec la largeur de la « listening window » :

Si on n’écoute pas dans l’axe, les sons des canaux droite et gauche arriveront avec des écarts temporel qui détruisent la stéréo (phase, effet haas).

La directivité peut juste augmenter l’écart de SPL dans la zone d’écoute si on voit une listening windows bien inférieure à la réponse dans l’axe.

Sujet 3, la Distance critique

Si la pièce est peu traitée, que l’enceinte est très peu directive, l’écoute aura lieu au dela de la distance critique dans la plage des fréquences humainement sensible (500 / 3kHz), on perçoit plus les réflexions de la pièce que le son des enceintes, donc, moins de variation de niveau et l’aspect temporel n’existe plus vraiment (stéréo) car on baigne dans le champ diffus.

On peut dans ce cas, considérer que le sweet spot est plus important ou qu’il n’existe pas dans ces conditions, plus de centre, plus de perception des objets dans l’espace virtuellement créé par un parfait calage temporel au sweet spot…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation